Conseil municipal

Débat d’orientation budgétaire : Quelle opacité monsieur le Maire !!!

Mon intervention en Conseil municipal du 17 mars 2015

Debat-d-Orientation-Budgetaire-

Une fois de plus, l’exercice démocratique, prévu par les textes, de débat d’orientation budgétaire est bafoué. Ce n’est pas la première fois puisque chaque année vous proposez aux conseillers municipaux le minimum minimorum d’informations et cette fois-ci encore nous avons bien peu de choses à nous mettre sous la dent… 5 pages, dont la page de garde, autrement dit 3 pages 1/2 d’information budgétaire, c’est famélique !

Je ne résiste pas à vous donner l’exemple de la commune de Bandol, qui il y a quelques jours tenait le même exercice démocratique : 33 pages ! Pour cette commune de 8000 habitants, où l’on respecte l’opposition, on y a parlé des projets de la ville, de leur financement, des emprunts, de la dette, avec à l’appui graphiques et tableaux chiffrés. Bref, une information étayée, précise, fiable, transparente, capable de donner aux élus une idée de l’état financier de la ville en même temps qu’une feuille de route des années à venir.

Vous feriez bien d’ailleurs de prendre cet exercice plus au sérieux, car le projet de loi de réforme territoriale, dans laquelle on ne comprend d’ailleurs plus grand chose, et porté par vos amis socialistes, prévoit une série de nouveautés en matière de gestion et de transparence financière, comme la certification des comptes de la collectivité, mais aussi la normalisation de documents comptables et financiers présentant aux débats d’orientation les grands indicateurs à connaitre.

Chez nous, à la Seyne, on se contentera donc de trois pages et demi. Ce ne sont pas des orientations budgétaires mais des désorientations budgétaires. Car en filigrane, on comprend très aisément qu’il ne se passera rien, ni cette année, ni les années suivantes. Le budget qui sera présenté lors du prochain conseil municipal est le budget d’une collectivité qui tourne sur elle même, comme un hamster dans sa cage. Un budget qui permet à cette grande entreprise de 1500 agents qu’est la Mairie, de fonctionner pour elle même : on paye les fonctionnaires, on rembourse nos dettes, on paye nos factures. Pour le reste, c’est à dire pour l’usager, le citoyen, le contribuable, vous repasserez, il n’y a rien à voir !

C’est un budget de dépenses obligées (pour ne pas dire obligatoires) mais sans aucune perspective.

Ce n’est pas un budget de projet, il n’y en a pas. Aucun.

En investissement, vous vous contentez de régler les dernières échéances d’un Programme de Renouvellement Urbain de Berthe dont vous avez tiré l’élastique de l’échéancier le plus loin possible dans le temps (juste pour mémoire le PRU devait se réaliser sur cinq ans !) .

Pour le reste, cela frise le ridicule : 100 000 euros pour le cimetière, autant pour le stade Scaglia / Baquet, quelques réparations et maintenances dans les bâtiments communaux et ce sera tout.

Même l’opération de requalification urbaine du centre ancien, porté par la Sagem, dans le cadre d’une convention publique d’aménagement ne verra que 2,5 millions d’euros y consacrer. Et une fois de plus, pour quels projets ? Du logement social ? De la réhabilitation ? Votre document n’en dit rien !

J’ai également cherché en vain dans ces trois pages et demi un prémisse de commencement de début de projet de parking aux Esplageolles ! Rien. C’est Pôle Emploi qui va être content avec une vue imprenable sur un chantier en panne !

Rien non plus sur le projet de requalification du Centre Ville dont vous pensiez pouvoir obtenir des subsides de l’Etat et de la Région ! Vous étiez passés à côté de la première liste de communes ciblées par l’Etat, allez vous passer à côté de la liste complémentaire ?

La Corniche de Tamaris : sur le papier, vous en parlez. Le conseil avait eu d’ailleurs à se prononcer sur un vaste projet d’ensemble il y a quelques mois. Mais pas un sou cette année non plus pour les habitants du Sud de la ville.

On en reparlera peut être mi 2019 c’est à dire quelques mois avant les prochaines municipales…

Mais ces effets de manche, ces jeux de moulinets que vous maniez très bien dès qu’une échéance électorale approche ne trompe personne. Vous êtes un diseux et non un faiseux pour paraphraser Laurent Fabius.

Vous êtes surtout incapable d’incarner une dynamique pour la deuxième ville du Var, incapable de ficeler quelque projet que ce soit, incapable de fédérer dans un projet global fonds publics et fonds privés.

Avec seulement 15 millions d’euros d’investissement prévus en 2015, nous allons battre le record de molesse dans cette ville atone, où de surcroit vous vous méfiez de l’investisseur privé comme de la peste. Et les investisseurs privés vont vous rendre cette méfiance au centuple ! Je ne serais pas étonné, malheureusement, que le projet de Port de plaisance ne tombe une fois de plus à l’eau. Pourtant lancée sous le mandat d’Arthur Paecht, il y a plus de dix ans, cette délégation de service public salvatrice pour notre économie aurait pu voir le jour il y a bien longtemps si par dogmatisme, vous n’aviez pas annulé le contrat pour finalement en reprendre l’essentiel, avec un autre opérateur, qui n’a aujourd’hui pas commencé les travaux.

Au sujet du Port de Plaisance, je vous renouvelle mon invitation à rencontrer à Paris les décideurs du Groupe Suez, invitation que vous n’avez jamais saisie.

Alors, oui, vous pouvez vous enorgueillir d’avoir baissé l’encours de dette de quelques millions, d’avoir freiné l’évolution des comptes 011 et 065, (les charges à caractère général et les subventions) mais tous ces efforts ne suffiront pas ! 2016 sera pire que 2015 concernant les dotations de l’Etat, et aucun effort ne semble être fait par exemple en matière de gestion prévisionnelle des emplois.

Les effectifs municipaux ont augmenté depuis votre arrivée, de 120 agents – pourtant nous n’avons pas de compétence nouvelle, nous en aurions plutôt moins…

  • Les services à la population ne se développent pas de façon éclatante (sauf peut être un effort sur la jeunesse), vous avez même délégué au privé des centres de loisirs sans hébergement sans mise en concurrence !
  • La police municipale a perdu 9 postes au tableau des effectifs depuis 2008 et beaucoup de services ont disparu (police de l’environnement, brigade canine…),
  • Les rues sont sales,
  • Les routes sont défoncées,
  • La zone de sécurité prioritaire est un leurre : on ne sent pas en sûreté en ville, l’éclairage public est lamentable…
  • Le commerce du centre ville est en désuétude (vous avez pourtant une élue spécifique pour le centre ville et une chargée de mission rattachée au Cabinet pour cela. Quel est leur bilan ?

Nos dépenses de fonctionnement sont donc difficilement contenues, et nos recettes ne permettent plus (en tout cas vous ne parlez absolument pas dans le document de votre capacité d’autofinancement) de virement subséquent à la section d’investissement pour financer de l’équipement.

Moralité, vous êtes dans la nasse et sans renoncement à votre politique calamiteuse, vous devrez bientôt faire appel au levier fiscal pour boucler l’équilibre des prochains budgets. Monsieur le Maire, le changement il faut que ce soit maintenant !

Quel bouc émissaire allez vous cette fois trouver ? Votre prédécesseur à la mairie ? Ça commence à être du réchauffé… L’Etat ? Ça va faire désordre… TPM, la Région ? N’y êtes-vous pas Vice Président ? Avec quel bénéfice pour les seynois ?

Non , Monsieur le Maire, c’est votre 7eme budget et vous êtes pleinement responsable de la situation de la ville !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.