Conseil municipal

Vote de l’exercice budgétaire 2017

L’élève Vuillemot « pourrait mieux faire », mais on peut souligner que malgré ses difficultés, l’élève s’applique !

Je ne peux pas dire que j’ai été enthousiasmé à la lecture des propositions faites par votre majorité pour cet exercice budgétaire 2017, qui s’avère une fois encore compliqué. Pas au point de voter POUR en tous cas.

Mais j’y ai vu quelques signes positifs et encourageants, et je souhaite ici souligner – pour participer à la commission des finance – les efforts de gestion enclenchés et la volonté de renverser les tendances lourdes, structurelles, du budget de la Ville.

Les indicateurs fournis ne clignotent certes pas encore au vert, la couleur de l’espoir, mais je pense pouvoir affirmer ici que du rouge nous passons progressivement à l’orange, et cela doit être encouragé.

Il faut dire en préambule que votre famille politique, la majorité de Monsieur Hollande, ne vous aide pas beaucoup. Il n’y a qu’à constater les coups de rabot réguliers et continus sur la DGF pour comprendre. Il faudra encore s’asseoir sur 1 million d’euros cette année, et presque 4,5 M€ de moins en 4 ans, ce qui intolérable.

Vous faites le choix de ne pas augmenter la fiscalité locale et c’est louable. Aucune des trois taxes ne verra son taux augmenter, les ménages ne subissant que l’effet d’assiette, ce qui sera un moindre mal. J’attire tout de même votre attention sur le danger qui pèse sur les recettes communales pour les années à venir si on venait à supprimer la taxe d’habitation. ! Car si la promesse est de la compenser par une dotation de l’Etat, on ne sait que trop ce que valent les promesses dans ce domaine. Les compensations ne se font jamais à l’euro près. Ce n’est pas Nathalie Bicais qui me contredira, le Département où elle siège souffre de cette compensation sur les Allocations individuelles de Solidarité à coups de centaines de millions d’euros volatilisés… et au final ce sont toujours les contribuables qui payent cet écart recettes/dépenses !

Autre signe positif : la montée en charge régulière et progressive du prélèvement sur les produits bruts de jeux, même si vous faites pour cette année une inscription prudente. C’est une recette qui depuis 2014 vient alimenter la section de fonctionnement et c’est une petite bouffée d’oxygène. Vous récoltez ici les fruits d’un travail de fond de l’ancienne municipalité Paecht qui avait permis le classement en station balnéaire et touristique et par là même la possible création d’un établissement de jeux.

Vous continuez à juguler les charges à caractère général, les charges de personnel et le charges de gestion courante, même si, comme on le dit à l’école, l’élève « pourrait mieux faire », on peut souligner que malgré ses difficultés, l’élève s’applique !

On voit bien d’ailleurs, et c’est ma conviction depuis longtemps, que l’avenir de la Seyne passe par la Métropole. Les premiers transferts de compétences (les ordures ménagères) ont un effet sur ces trois lignes de dépenses budgétaires, mais tout pourrait s’accélérer en allant plus loin dans un projet métropolitain maitrisé et où chacun se respecte, ou chaque commune fait valoir ses atouts individuels pour une amélioration des services collectifs.

Enfin, la capacité de désendettement de la ville continue de baisser, même si son niveau est encore trop élevé dans les critères standard de gestion, on affirmer sans rougir que l’on est sur la bonne pente…

La grosse faiblesse de ce budget reste la panne d’investissement. A ce moment de mon intervention on me permettra d’être un peu sévère. Car enfin, si la capacité à investir est désespérément faible, il est fort dommage que les initiatives privées n’aboutissent jamais. Le dernier coup de semonce en date sur le projet de cinéma en est la plus belle illustration. Êtes-vous fâchés avec les règles de la commande publique, avec les fondamentaux de la mise en concurrence ?

Vous devez immédiatement tirer les conséquences de cette nouvelle avarie, qui pénalise la ville, son développement, ses habitants, et peut-être songer à mieux vous entourer pour des projets aussi sensibles et cruciaux pour qu’ils soient portés, par l’administration sous le contrôle des élus, avec le plus grand soin. La sécurité juridique de vos actes est largement mise à défaut, le calendrier une fois de plus retardé, et l’impatience gronde. Cette incapacité à sortir des dossiers structurants doit vous interroger Monsieur le Maire, sans aucun tabou, sur la solidité des chaines de décision dans votre appareil municipal.

Car si seulement c’était la première fois : mais les contrats de Délégation de service public passés avec Cari, puis Sipa Arcostanzo, chaque fois dénoncés ne sont pas encore purgés de tout risque financier pour la commune. Et si par malheur l’un ou l’autre des anciens délégataires devait avoir raison devant les tribunaux (on parle d’un enjeu de plus de 30 M€ dans le dossier Sipa) cela reviendrait à annihiler tous ces efforts de gestion que j’ai énuméré.

Pour toutes ces raisons bien pesées, je m’abstiendrai sur le vote du Budget 2017.

Télécharger le PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.