Actualité La Seyne-sur-mer

Hommage à Beltrame et Brinsolaro

Il y a un an les conditions du sacrifice du lieutenant-colonel Beltrame ont suscité une vague d’émotion dans tout le pays !

Cet officier est mort en héros en se livrant au terroriste en échange de la vie d’une femme.

Cet acte de courage, d’abnégation et de fidélité à son serment reste bien entendu dans nos mémoires, et la Nation lui a rendu un hommage national justifié par ce courage exceptionnel.

L’ensemble de la classe politique a salué ce geste qui s’inscrit dans une longue histoire de français et de militaires qui savent se tenir droit devant l’adversité.

Arnaud Beltrame a assumé la primauté d’un altruisme absolu : celui qui prend pour soi la mort possible de l’autre, illustrant ainsi les valeurs de foi et de philosophie auxquelles il était personnellement attaché.

Droit, lucide et brave, il a fait face à l’agression islamiste.

Face à la haine, face à la folie meurtrière que nous vivons depuis sept ans ; avec lui a surgit du cœur du pays l’esprit français de résistance.

Comme l’a rappelé le Président de la République : « par la bravoure d’un seul il a entrainer la Nation à sa suite ».

Il a remis le monde humain en ordre, en inversant la scène. Il a réaffirmé la primauté de la compassion et du don de soi.

Le nom d’Arnaud Beltrame est désormais porteur de cet esprit de résistance qui est l’affirmation suprême de ce que nous sommes :

Indépendants ; libres ; tolérants ; humanistes ; combattant toutes les hégémonies, tous les fanatismes et tous les totalitarismes.

Deux ans auparavant un des fils de notre ville avait aussi était exécuté par un terroriste se revendiquant d’un Islam qu’ils ne connaissent même pas.

Le brigadier de police Franck Brinsolaro, a été exécuté dans les locaux de Charlie hebdo il y a 3 ans alors qu’il protégeait des hommes à la parole libre.

J’ai demandé en conseil municipal que notre ville honore ces braves de France. Je n’ai pas été entendu et je le regrette.

Aujourd’hui dans cette ville qui a toujours montré son esprit de résistance nous avons souhaité Nathalie Bicais et moi-même, remettre deux gerbes au monument au mort en l’honneur de ces deux garçons qui protégeaient nos libertés et nos solidarités en combattant le radicalisme religieux.

Il est bien de temps en temps que les élus soient courageux et s’arrêtent de flatter des électorats opposés à notre Art de vivre a la française.

Il n’était donc plus question pour nous que la Seyne sur mer soit absente, comme un gouffre plongé vers le néant, de la reconnaissance municipale que nous devons a ces deux garçons.

Je vous remercie de respecter une minute de silence avant le dépôt des gerbes.